Texts without Comment for Chapter Five

by Jacques Maritain

Description

Texts without comment for Chapter Five of Creative Intuition in Art and Poetry.

Larger Work

Creative Intuition in Art and Poetry

Publisher & Date

Bollingen Foundation Inc., 1953

I

1. Thomas Aquinas, Summa theol. (I, q. 5, a. 4, ad 1):

Pulchrum respicit vim cognoscitivam. Pulchra enim dicuntur quae visa placent. Unde pulchrum in debita proportion consistit. Quia sensus delectatur in rebus debite proportionatis, sicut in sibi similibus, nam et sensus ratio (proportio) quaedam est, et omnis virtus cognoscitiva.

2. Thomas Aquinas, Summa theol. (q. 27, a. 1, ad 3):

Ad rationem pulchri pertinet, quod in ejus aspectu seu cognitione quietetur appetitus. . . . Ita quod pulchrum dicatur id cujus ipsa apprehensio placet.

3. Thomas Aquinas, Summa theol. (I, q. 39, a. 8):

Ad pulchritudinem tria requiruntur. Primo quidem integritas, sive perfectio.. .. Et debita proportio, sive consonantia. . . . Et iterum claritas [i.e., splendor formae, opusc. de Pulchro et Bono]. Quantum igitur ad primum, similitudinem habet cum proprio Filii, inquantum est Filius habens in se were et perfecte naturam Patris. . . . Quantum vero ad secundum, convent cum proprio Fihi, inquantum est imago expressa Patris. . . . Quantum vero ad tertium, convent cum pro-prio Filii, inquantum est Verbum, quod quidem lux est et splendor intellectus.

4. Thomas Aquinas, In Dionysii De divinis Nominibus (cap. 4, lect. 5):

Ex divina pulchritudine esse omnium derivatur.

5. Michelangelo, Le Rime (nos. XCIV, CCI):

Per fido esempio alla mia vocazione
Nel parto mi fu data a bellezza,
Che d'ambo l'arti m'è lucerna e specchio:
S'altro si pensa, è falsa opinion.
Questo sol l'occhio porta a quella altezza
C'a pingere e scolpir qui m'apparecchio.
Se i giudizi temerari e sciocchi
Al senso tiran la belts, che muove
E porta al cielo ogni intelletto sano,
Dal mortale al divin non vanno gli occhi
Infermi, e fermi sempre pur la dove
Ascender senza grazia 6 pensier vano.

Gli occhi mie' vaghi delle cose belle,
E Palma insieme della sua salute,
Non hanno altra virtute
C'ascenda al ciel, che mirar tutte quelle.
Dalle piu alte stelle
Discende uno splendore,
Che '1 desir tira a quelle;
E qui si chiama amore.
Né altro ha it gentil core,
Che l'innamori e arda, e che '1 consigli,
C'un volto che negli occhi for somigli.

(Beauty was given at my birth to serve
As my vocation's faithful exemplar,
The light and mirror of two sister arts:
Who otherwise believes in judgment errs.
She alone lifts the eye up to that height
For which I strive, to sculpture and to paint.
O rash and blind the judgment that diverts
To sense the Beauty which in secret moves
And raises each sound intellect to Heaven!
No eye infirm the interval may pass
From mortal to divine, nor thither rise
Where without grace to ascend the thought is vain.

Mine eyes that are enamored of things fair
And this my soul that for salvation cries
May never heavenward rise
Unless the sight of beauty lifts them there.
Down from the loftiest star
A splendor falls on earth,
And draws desire afar
To that which gave it birth.
So love and heavenly fire and counsel wise
The noble heart finds most in starlike eyes.)a

6. Keats, in the Ode on a Grecian Urn:

"Beauty is truth, truth beauty,"–that is all
Ye know on earth, and all ye need to know.

7. Shelley, in the Hymn to Intellectual Beauty:

The day becomes more solemn and serene
When noon is past-there is a harmony
In autumn, and a luster in its sky,
Which through the summer is not heard or seen,
As if it could not be, as if it had not been!
Thus let thy power, which like the truth
Of nature on my passive youth
Descended, to my onward life supply
Its calm–to one who worships thee,
And every form containing thee,
Whom, Spirit fair, thy spells did bind
To fear himself, and love all human kind.

8. Robert Bridges, Nightingales:b

Beautiful must be the mountains whence ye come,
And bright in the fruitful valleys the streams wherefrom
Ye learn your song:
Where are those starry woods? O might I wander there,
Among the flowers, which in that heavenly air
Bloom the year long!

Nay, barren are those mountains and spent the streams:
Our song is the voice of desire, that haunts our dreams,
A throe of the heart,
Whose pining visions dim, forbidden hopes profound,
No dying cadence nor long sigh can sound,
For all our art.

Alone, aloud in the raptured ear of men
We pour our dark nocturnal secret; and then,
As night is withdrawn
From these sweet-springing meads and bursting boughs of May,
Dream, while the innumerable choir of day
Welcome the dawn.

9. Edgar Allan Poe, The Poetic Principle:c

An immortal instinct, deep within the spirit of man, is thus, plainly, a sense of the Beautiful. This it is which administers to his delight in the manifold forms, and sounds, and odors, and sentiments, amid which he exists. And just as the lily is repeated in the lake, or the eyes of Amaryllis in the mirror, so is the mere oral or written repetition of these forms, and sounds, and colors, and odors, and sentiments, a duplicate source of delight. But this mere repetition is not poetry. He who shall simply sing, with however glowing enthusiasm, or with however vivid a truth of description of the sights, and sounds, and odors, and colors, and sentiments, which greet himin common with all mankind-he, I say, has yet failed to prove his divine title. There is still a something in the distance which he has been unable to attain. We have still a thirst unquenchable, to allay which he has not shown us the crystal springs. This thirst belongs to the immortality of Man. It is at once a consequence and an indication of his perennial existence. It is the desire of the moth for the star. It is no mere appreciation of the Beauty before us,' but a wild effort to reach the Beauty above. Inspired by an ecstatic prescience of the glories beyond the grave, we struggle, by multiform combinations among the things and thoughts of Time, to attain a portion of that Loveliness whose very elements, perhaps, appertain to eternity alone. And thus when by Poetry–or when by Music, the most entrancing of the Poetic moods–we find ourselves melted into tears, we weep then–not as the Abbate Gravina supposes–through excess of pleasure, but through a certain petulant, impatient sorrow at our inability to grasp now, wholly, here on earth, at once and forever, those divine and rapturous joys, of which through the poem, or through the music, we attain to but brief and indeterminate glimpses.

. . . It has been my purpose to suggest that, while this Principle itself is, strictly and simply, the Human Aspiration for Supernal Beauty, the manifestation of the Principle is always found in an elevating excitement of the Soul–quite independent of that passion which is the intoxication of the Heart–or of that Truth which is the satisfaction of the Reason.

10. Allen Tate, Sonnet to Beauty:d

The wonder of light is your familiar tale,
Pert wench, down to the nineteenth century:
Mr. Rimbaud the Frenchman's apostasy
Asserts the argument that you are stale,
Flat and unprofitable, importunate but pale,
Lithe Corpse! His defect of philosophy
Impugned, but could not strip your entity
Of light. Broken, our twilit visions fail.

Beauty, the doctrine of the incorporate Word
Conceives your fame; how else should you subsist?
The present age, beak southward, flies like a bird–
For often at Church I've seen the stained high glass
Pour out the Virgin and Saints, twist and untwist
The mortal youth of Christ astride an ass.

II

11. Baudelaire, Anywhere Out of the World (in Petits Poèmes en Prose):

N'importe ou! pourvu que ce soit hors de ce monde!

12. Baudelaire, in Obsession:

Comme tu me plairais, o Nuit! sans ces étoiles
Dont la lumière park un langage connu!
Car je cherche le vide, et le noir, et le nu!

13. Baudelaire, Hymne a la Beauté:

Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abime,
O Beauté? Ton regard, infernal et divin,
Verse confusément le bienfait et le crime,
Et l'on pent pour cela te comparer au vin.

Tu contiens dans ton coil le couchant et l'aurore;
Tu répands des parfums comme un soir orageux;
Tes baisers sont un philtre et to bouche une amphore
Qui font le héros lâche et l'enfant courageux.

Sors-tu du gouffre noir ou descends-tu des astres?
Le Destin charmé suit tes jupons comme un chien;
Tu sèmes au hasard la joie et les désastres,
Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien.

Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques;
De tes bijoux l'Horreur n'est pas le moins charmant,
Et le Meurtre, parmi tes plus chères breloques,
Sur ton ventre orgueilleux Manse amoureusement.

L'éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,
Crépite, flambe et dit: Bénissons ce flambeau!
L'amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l'air d'un moribond caressant son tombeau.

Que tu viennes du ciel ou de l'eder, qu'importe,
O Beauté! monstre énorme, effrayant, ingénu!
Si ton oeil, ton souris, ton pied, m'ouvrent la porte
D'un Infini que j'aime et n'ai jamais connu?

De Satan ou de Dieu, qu'importe? Ange ou Sirène,
Qu'importe, si to rends,-fée aux yeux de velours,
Rythme, parfum, lueur, 16 mon unique reine!-
L'univers moins hideux et les instants moins lourds?

III

14. Arthur Rimbaud, Letter to Paul Demeny (May 15, 1871):e

La première étude de l'homme qui veut être poète est sa propre connaissance, entière. Il cherche son Ame, it l'inspecte, il la tente, l'apprend. Dès qu'il la sait, it la doit cultiver: cela semble simple. . . . Mais it s'agit de faire l'âme monstrueuse. . . . Je dis qu'il faut être voyant, se faire voyant.

Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné reglement de tous les seas. Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie; it cherche lui-même, it épuise en lui tous les poisons, pour n'en garder que les quintessences. Ineffable torture ou it a besoin de toute la foi, de toute la force surhumaine; ou it devient entre tous le grand malade, le grand criminel, le grand maudit,–et le suprême Savant!–Car it arrive a l'inconnu! Puisqu'il a cultivé son Arne, déja riche plus qu'aucun! Il arrive a l'inconnu; et quand, affolé, it finirait par perdre l'intelligence de ses visions, it les a vues! Qu'il crève dans son bondissement par les choses inouies et innommables; viendront d'autres horribles travailleurs: ils commenceront par les horizons oil l'autre s'est affaissé.

15. Arthur Rimbaud, in Une Saison en Enfer:

Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux.-Et je l'ai trouvée amère.–Et je l'ai iniuriée.

16. Arthur Rimbaud, in Une Saison en Enfer:

Cela s'est passé. Je sais aujourd'hui saluer la beauté.f

Enfin je demanderai pardon pour m'être nourri de mensonges. Et allons.

Mais pas une main amie! Et ou puiser le secours?

17. André Breton, in the Second Manifeste du Surréalisme:

"Je sais aujourd'hui saluer la beauté": Rimbaud est impardonnable d'avoir voulu nous faire croire de sa part a une seconde fuite alors qu'il retournait en prison.

IV

18. Julien Gracq, in André Breton:h

Il est un mot-mot-clé, mot-force–qui polarise négativement par rapport a l'attraction "luciférienne" tous les champs magnétiques sur lesquels flotte le drapeau de Breton: c'est le mot noir.

C'est seulement au fond par une référence lointaine au sacrilège, a la profanation, référence qui n'est jamais tout a fait perdue de vue, que ce terme de "noir" reçoit pour les surréalistes toute la charge galvanique dont on le voit capable.

19. Michel Carrouges, in André ;Breton et les Données fondamentales du Surréalisme:i

Le surréalisme tient l'écriture automatique pour un message (sans messager nommable, peu importe), autrement dit pour l'instrument d'élection par lequel le hasard objectif, c'est-a-dire le mystère cosmique envisagé comme une sorte d'anima munch, commence a se révéler a l'homme. . . . L'objet essentiel [des poèmes de Breton], c'est la révélation et non la beauté.

20. André Breton, in the Second Manifeste:

Tout porte a croire qu'il existe un certain point de l'esprit la vie et la mort, le réel et l'imaginaire, le passé et le futur, le communicable et l'incommunicable, le haut et le bas cessent d'être perçus contradictoirement. Or, c'est en vain qu'on chercherait a l'activité surréaliste un autre mobile que l'espoir de détermination de ce point.

21. André Breton, in the Anthologie de l'Humour noir:j

Il ne s'agit que de rendre a l'homme toute la puissance qu'il a été capable de mettre sur le nom de Dieu.

22. André Breton, in the Second Manifeste:

Rappelons que l'idée de surréalisme tend simplement a la récupération totale de notre force psychique par ce moyen qui n'est autre que la descente vertigineuse en nous, l'illumination systématique des lieux cachés et l'obscurcissement progressif des autres lieux, la promenade perpétuelle en pleine zone interdite, et que son activité ne court aucune chance sérieuse de prendre fin tant que l'homme parviendra a distinguer un animal d'une flamme ou d'une Pierre.

23. André Breton, in the Second Manifeste:

Le surréalisme n'est pas intéressé a tenir grand compte . . . de tout ce qui n'a pas pour fin l'anéantissement de l'être en un brillant, intérieur et aveugle, qui ne soit pas plus l'âme de la glace que celle du feu.

V

24. Lautréamont, in the Chants de Maldoror (VI):

Si la mort arrête la maigreur fantastique des deux bras longs de mes épaules, employés a l'ecrasement lugubre de mon gypse littéraire, je veux au moires que le lecteur en deuil puisse se dire: "Il faut lui rendre justice. Il m'a beaucoup crétinisé. Que n'aurait-il pas fait, s'il eut pu vivre davantage! C'est le meilleur professeur d'hypnotisme que je connaisse!" On gravera ces quelques mots touchants sur le marbre de ma tombe, et mes mânes seront satisfaits!

25. Isidore Ducasse (Lautréamont), in a Letter to Verbroeckhoven (February 21, 1870):k

Vous savez, j’ai renié mon passé. Te ne chante plus que l'esnoir.

26. Isidore Ducasse, in Preface to unpublished poems:l

Oui: je veux proclamer le beau sur une lyre d'or, défalcation faite des tristesses goitreuses et des fiertés stupides qui décomposent, a sa source, la poésie marécageuse de ce siècle.

27. Isidore Ducasse, in Preface to unpublished poems:

Oui, bonnes gens, c'est moi qui vous ordonne de bruler, sur une pelle rougie au feu, avec un peu de suore jaune, le canard du doute, aux lèvres de vermouth, qui, répandant, dans une lutte mélancolique entre le Bien et le mal, des larmes qui ne viennent pas du coeur, sans machine pneumatique fait, partout, le vide universel. . . . Le désespoir, se nourrissant avec un parti pris, de ses fantasmagories, conduit imperturbablement le littérateur a l'abrogation en masse des lois divines et sociales, et a la méchanceté théorique et pratique.

28. Isidore Ducasse, in Preface to unpublished poems:

Si l'on se rappelle la vérité d'ou découlent toutes les autres, la bonté absolue de Dieu et son ignorance absolue du mal, les sophismes s'effondreront d'eux-mêmes. S'effondrera, dans un temps pareil, la littérature peu poétique qui s'est appuyée sur eux. Toute littérature qui discute les axiomes éternels est condamnée a ne vivre que d'ellemême. Elle est injuste, Elle se dévore le foie. . . . Nous n'avons pas le droit d'interroger le Créateur sur quoi que ce soit. . . .

Renouons la chain régulière avec les temps passés; la poésie est la géométrie par excellence. Depuis Racine, la poésie n'a pas progressé d'un millimètre. Elle a reculé. Grâce a qui? aux GrandesTêtes-Molles de notre époque. . . .

Le doute a existé de tout temps en minorité. Dans ce siècle, it est en majorité. Nous respirons la violation du devoir par les pores. Cela ne s'est vu qu'une fois; cela ne se reverra plus. . . .

Toute l'eau de la mer ne suffirait pas a laver une tache de sang intellectuelle.

29. Isidore Ducasse, in Preface to unpublished poems:

La poésie doit avoir pour but la vérité pratique. Elle enonce les rapports qui existent entre les premiers principes et ,les vérités secondaires de la vie. Chaque chose reste a sa place. La mission de la poésie est difficile. Elle ne se mêle pas aux événements de la politique, a la manière dont on gouverne un peuple. . . . Elle découvre les lois qui font vivre la politique théorique, la paix universelle, les réfutations de Machiavel. . . . Un poète doit être plus utile qu'aucun citoyen de sa tribu. Son oeuvre est le code des diplomates, des législateurs, des instructeurs de la jeunesse. Nous sommes loin des Homère, des Virgile, des Klopstock, des Camoëns, des imaginations émancipées, des fabricateurs d'odes, des marchands d'épigrammes contre la divinité. Revenons a Confucius, au Bouddha, a Socrate, Jesus-Christ, moralistes qui couraient les villages en souffrant la faim! Il faut compter désormais avec la raison, qui n'opère que sur les facultés qui président a la catégoric des phénomènes de la bonté pure. . . .

La raison, le sentiment se conseillent, se suppléent. Quiconque ne connait qu'un des deux, en renonçant a l'autre, se prive de la totalité des secours qui nous ont étc accord& pour nous conduire.

Notes

a. Trans. in Artists on Art, pp. 59-60.

b. In The Shorter Poems of Robert Bridges ( Oxford: The Clarendon Press, 1931).

c. In the Complete Works (New York: The Lamb Publishing Co., 1902).

d. In Poems 1922-1947 (New York: Scribner, 1948).

e. First published by Paterne Berrichon in La Nouvelle Revue Francaise, October, 1912.

f. Mr. de Bouillane de Lacoste points out the "great concern for art and beauty" present in Les Illuminations (Rimbaud intended the meaning of the French word "Enluminures"), which he considers, with good ground, posterior to Une Saison en Enfer. (Henry de Bouillane de Lacoste, Rimbaud at le problème des Illuminations, Paris: Mercure de France, 1949, P. 235.)

g. Paris: Kra, 1930.

h. Paris: Corti, 1947.

i. Paris: Gallimard, 1950.

j. Paris: Sagittaire, 1950. (Apropos of Nietzsche. Cf. Carrouges, op. cit., p. 115.)

k. In this letter to his Belgian publisher, Ducasse went on to say: "Mais pour cela, it faut d'abord attaquer le doute de ce siècle (melancolies, tristesses, douleurs, désespoirs, hennissements lugubres, méchancetés artificielles, orgueils puérils, maledictions cocasses, etc.)." In another letter (to Darasse, March 12, 1870) he wrote: "Chanter l'ennui, les douleurs, les tristesses, les melancolies, la mort, l'ombre, le sombre, etc., c'est ne vouloir, a toute force, regarder que les puerils revers des choses. Lamartine, Hugo, Musset se sont metamorphoses volontairement en femmelettes. Ce sont les Grandes-TetesMolles de notre époque. Toujours pleurnicher. Voila pourquoi j'ai complètement change de méthode, pour ne chanter exclusivement que l'espoir, resperance, LE CALME, le bonheur, LE DEVOIR. Et c'est ainsi que je renoue avec les Corneille et les Racine la chain du bon sens, et du sang-froid, brusquement interrompue depuis les poseurs Voltaire et Jean-Jacques Rousseau. Mon volume ne sera terminé que dans quatre ou cinq mois. Mais, en attendant, je voudrais envoyer a mon père la preface, qui contiendra soixante pages, chez A. Lemerre. C'est ainsi qu'il verra que je travaille et qu'il m'enverra la sommetotale du volume a imprimer plus tard."

Giving up the pen name used for the Chants de Maldoror, Isidore Ducasse published, in May, 1870, the two parts of the above-mentioned preface, in two separate booklets, under the general title Poésies. The poems themselves are lost. The following quotations are taken from this mysterious preface to unpublished poems(Oeuvres complètes du Comte de Lautréamont, Paris: G. L. M., 1938, pp. 299-377). In relation to the thought and personality of Ducasse himself, as well as to the history of modern poetry, the preface with its reverse excess and violence is a significant document. I have given here some passages from it because it is less known than the Chants. I suppose that the revolutionary political activity in which Ducasse was involved played its part in his recantation of the poetry of despair, as well as in that conception of poetry which requires the poet to be "more useful than any other citizen of his tribe" and handles Homer as roughly as Plato did.

l. CEuvres complètes du Comte de Lautreamont (Paris: G. L. M., 1938).

This item 9107 digitally provided courtesy of CatholicCulture.org